Quand Pygmalion rencontre Hattie

Je lisais, il y a quelques jours, un billet portant sur l’effet Pygmalion et je ne pouvais m’empêcher de penser à l’effet enseignant.  Qu’on le veuille ou non, se voir confier un groupe d’élèves, qu’ils soient d’âge préscolaire ou même du secondaire, comporte son lot de responsabilités ainsi qu’un pouvoir trop souvent minimisé, voire ignoré.

 

L’auteur faisait alors référence à l’expérience menée, dans les années 60, par le psychologue Robert Rosenthal où des enseignants avaient été informés que certains élèves étaient, suite à l’analyse des résultats de tests d’intelligence, susceptibles de démontrer une progression spectaculaire au cours de l’année scolaire.  Alors que, dans les faits, rien ne les distinguait réellement de leurs pairs sur le plan des facultés intellectuelles, leurs résultats aux mêmes tests administrés en fin d’année démontrèrent une progression anormalement élevée, particulièrement pour les plus jeunes (1re et 2e années).

Father Helping Daughter With Homework

Que faut-il comprendre de cette expérience ?  Comme je l’écrivais plus haut, cette lecture me rappelait certaines des conclusions de Hattie.  À mon avis, l’effet Pygmalion peut aujourd’hui être associé :

  • au fait de ne pas étiqueter les élèves (d = 0,61);

En effet, il semble que le bénéfice plus marqué chez les petits (6-8 ans) soit attribuable au fait que les enseignants impliqués dans l’expérience ne pouvaient pas vraiment avoir d’idée préconçue puisque ces élèves n’avaient qu’un très court historique scolaire.  Par opposition, la même expérience menée avec des élèves de 5e ou 6e année s’est avérée moins concluante (une progression tout juste moins grande que celle de leurs pairs pour le « doués » de 5e et une plus faible pour ceux de 6e).  Et si Rosenthal avait fait l’inverse en « identifiant » les élèves les moins susceptibles de connaitre une progression intéressante pendant une année scolaire ?  Auraient-ils régressé ?  C’est là, avec un tel corollaire, qu’on saisit toute la puissance de l’effet enseignant.

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. »

Mark Twain

  • à la qualité des relations enseignant-élève (d = 0,52);

À l’instar de Rosenthal, d’autres chercheurs ont démontré que la différence dans la progression des élèves identifiés comme « doués » ne dépendait pas du temps passé avec eux, mais plutôt de la qualité des interactions qu’ils avaient avec leur enseignant.  Par exemple, de façon plus ou moins consciente, ce dernier leur souriait plus fréquemment, avait plus de contacts visuels avec eux et hochait de la tête plus régulièrement.

  • ou encore aux attentes d’un enseignant envers ses élèves (d = 0,43).

Rosenthal expliqua que l’opinion d’un enseignant au sujet d’un enfant qu’il croit « doué » influence directement son attitude envers lui.  L’élève se sentira plus en confiance, sera davantage motivé, fournira plus d’efforts dans son travail et progressera mieux.  Toujours selon Rosenthal, cet effet Pygmalion se joue au niveau de l’inconscient et du langage du corps pour l’enseignant ; la posture ou le ton de voix peuvent alors influencer l’enfant et lui induire une image positive qui fera la différence au niveau de la progression dans ses apprentissages.

De mon côté, je relierais cette explication à ce que la professeur Thérèse Bouffard appelle aujourd’hui le sentiment d’efficacité personnelle (SEP).  Un des besoins fondamentaux de l’humain, et l’élève n’y échappe pas, consiste à se sentir compétent pour agir efficacement dans son environnement.  Ainsi, la croyance de la personne en sa capacité d’organiser et d’exécuter les actions qui sont requises pour atteindre les objectifs fixés et produire les résultats recherchés dans la tâche est déterminante pour un élève.  L’enseignant a donc un rôle crucial à ce niveau ; il doit, en plus de croire en ses propres capacités, croire en celles de ses élèves pour leur assigner des buts clairs, stimulants et atteignables.

« Un homme qui doute de lui est comme un homme qui s’enrôlerait dans l’armée ennemie pour porter une arme contre lui-même. Par sa conviction d’échouer, il rend cet échec certain. »

Alexandre Dumas, fils

 

Malgré le fait que l’effet enseignant soit aussi le résultat de quelques autres facteurs d’influence, il reste qu’un intervenant scolaire (enseignant, éducateur, professionnel de la consultation, directeur) ne devrait jamais minimiser son impact sur le parcours d’un élève.  Travailler à refléter une image positive de nos élèves et s’efforcer de protéger leur SEP font partie de notre rôle.  À nous d’y voir !

 

Une des clés de la persévérance scolaire

En cette fin de la plus récente édition des journées québécoises de la persévérance scolaire (JPS), je prenais conscience de la quantité de nouvelles relativement à des initiatives en ce sens et je réalisais combien de messages d’encouragement et d’annonces d’acteurs de toutes sortes – du ministre de l’Éducation au propriétaire d’une entreprise ayant quelques étudiants à l’emploi de sa PME – étaient apparus sur mon fil Twitter au cours de la dernière semaine.

De la crédibilité de l’enseignant

Malgré le désormais célèbre proverbe africain « Il faut tout un village pour éduquer un enfant », on parle tout de même des journées de la persévérance scolaire.  Quiconque aura eu la chance d’étudier le latin saura que schola réfère directement à l’école, à la classe, donc à l’enseignant.  L’enseignant.  Encore et toujours l’enseignant!  Même si le rôle des parents dans la réussite scolaire est indéniable, qu’on reconnaît aussi que les décisions prises par les instances scolaires ou, plus près de l’élève, celles prises par la direction de l’école peuvent être déterminantes sur un enjeu comme celui du décrochage ou, finalement, que les effets de la mobilisation d’une communauté influencent directement l’avenir des jeunes, c’est à l’enseignant que revient le premier rôle des acteurs réunis autour d’un élève.  Ainsi, sans rien enlever aux différents protagonistes de la réussite scolaire, l’effet enseignant prend ici, une fois de plus, tout son sens.  L’effet positif il va sans dire!  On connaît tous des histoires d’horreur, mais ce ne sont évidemment pas celles-là qui m’intéressent ou qui retiennent mon attention.

Cela dit, pour avoir un effet enseignant favorisant la réussite, certains facteurs ont plus d’impact que d’autres.  Bien sûr, il y a la relation enseignant-élève dont j’ai déjà parlé dans un autre billet, mais il y a aussi la crédibilité qu’accorde l’élève à son enseignant.  En effet, les conclusions de la méta-analyse menée par Hattie ont, depuis 2011, révélées que la crédibilité de l’enseignant influence grandement (d = 0,90) la réussite scolaire.  On pourrait croire au caractère purement subjectif de cette donnée puisqu’il s’agit de la mesure d’une qualité attribuée par l’élève, mais il en est tout autrement.  Bien installée dans le « top 10 » des éléments répertoriés par Hattie, ce dernier ne définit pas la crédibilité comme le ferait le Larousse ou le Robert, mais bien selon quatre éléments qui doivent être omniprésents dans la pratique des enseignants reconnus comme crédibles par leurs élèves : la confiance, la compétence, le dynamisme et la proximité.  Le dernier élément faisant référence, selon la traduction de Stéphane Côté, à la « présence physique » de l’enseignant dans la classe ainsi qu’à « l’aide que l’élève perçoit recevoir lorsqu’il en a de besoin ».  Qu’on soit plus ou moins en accord avec cette définition et/ou son usage dans le classement des facteurs favorisant la réussite, nous avons probablement tous déjà vécu une situation, scolaire ou non, où nous avons persévéré grâce à une personne à qui on accordait, même inconsciemment, une forme de crédibilité.  Tel un athlète avant la finale olympique, on a confiance en nos capacités et on sait combien de fois on a répété ce qu’on s’apprête à faire ou combien d’heures d’entraînement nous ont mené ici.  Malgré tout, on a besoin de notre entraîneur, de l’expression de sa crédibilité; remarquer sa présence, être rassuré par sa compétence, sentir sa confiance et être motivé par son dynamisme.  Donc, à bien y penser, les résultats de Hattie trouvent un réel écho dans la classe…

Prendre conscience de notre impact

Pour en revenir aux JPS, il a toujours été clair pour moi (et ça l’est maintenant davantage) que les enseignants ou le personnel d’une école (éducateurs, professionnels, personnel de soutien, membres de la direction) ont une large part de responsabilité dans la persévérance et la réussite des élèves.  Une part parfois plus grande que celle qu’on peut imaginer ou celle qu’on s’attribue.  Et loin de moi l’idée de mettre de la pression sur les acteurs du système (moi inclus)!  Cependant, il ne faut pas minimiser, voire nier, l’importance de notre rôle auprès des élèves qui nous sont confiés.  Un geste, un mot, un regard…  Une seconde, une minute, une période…  C’est parfois tout ce qu’il faut pour créer le lien, influencer positivement et exercer sa crédibilité auprès d’un élève.  Le reste ne dépend pas toujours de nous, mais l’inverse est moins vrai.

photosourireUn geste, un mot, un regard…  Une seconde, une minute, une période…  C’est parfois tout ce qu’il faut pour créer le lien, influencer positivement et exercer sa crédibilité auprès d’un élève.

Il faut donc s’arrêter 2 minutes pour prendre conscience de l’impact et du pouvoir qu’on peut avoir sur l’apprentissage, le développement, l’orientation scolaire ou même le choix de carrière d’un enfant.  Ça peut donner le vertige à certains, mais c’est un pouvoir que nous nous devons d’exercer avec tout le professionnalisme qu’on nous reconnaît.  Faire de l’école une expérience positive, développer le plein potentiel et influencer pour l’avenir, voilà ce qui résume nos défis quant à la persévérance scolaire. Cela dit, une foule d’exemples se trouvent près de nous (j’en lisais encore un autre ce matin) en ce qui concerne de belles histoires où l’influence d’un enseignant, d’un éducateur, d’un animateur, d’un entraîneur, … fut déterminante dans la vie d’un jeune, aujourd’hui devenu un adulte accompli.  Continuons et ajustons nos pratiques en fonction de ce qui est reconnu et réputé efficace au niveau de la réussite scolaire.

La persévérance scolaire c’est l’affaire de tous, mais souvenons-nous que ça débute en classe et, à ce titre, qu’il nous appartient de prendre les bons moyens afin de s’assurer de viser les meilleurs résultats pour nos élèves.

La relation enseignant-élève : un outil de réussite scolaire

Si je vous demandais quels sont vos souvenirs de l’école primaire, ou ceux de votre passage au secondaire, quelle serait, spontanément, votre réponse?  La note finale obtenue dans le cadre d’un cours ou les liens crées avec un membre du personnel, tel un enseignant?  Probablement que vous me relateriez ceux liés à un enseignant ou un autre membre du personnel de l’établissement que vous fréquentiez.  Normal?  Tout à fait!  Même si Hattie ne lui attribue plus le même effet (d = 0,52 en 2015 VS d = 0,72 en 2009), on peut affirmer, sans trop se tromper, que la relation enseignant-élève est au centre de l’expérience scolaire des enfants et des adolescents qui sont dans nos classes.  Les liens créés avec un enseignant qu’on apprécie seraient donc beaucoup plus marquants que, par exemple, les résultats inscrits au bulletin.  Un constat qui mérite qu’on s’y attarde.

 

En effet, parce qu’ils côtoient les élèves quotidiennement ou sur une base régulière, les enseignants établissent des relations qui influencent, au-delà des contenus qu’ils enseignent ou des compétences qu’ils tentent de faire acquérir, le bien-être affectif, la motivation, les résultats ou même le choix de carrière, pour ne nommer que ces éléments.  Il est donc du devoir de tout adulte qui œuvre dans une école, particulièrement les enseignants, de prendre les moyens nécessaires afin de développer et entretenir des liens significatifs avec chacun des élèves qui lui sont confiés.  Cela peut paraître banal pour certains, démesuré pour d’autres, il n’en demeure pas moins que l’effet d’une relation enseignant-élève positive est une variable prépondérante, ayant des répercussions à de multiples niveaux et jouant un rôle déterminant sur le lien que l’élève aura avec l’école (Fredriksen et Rhodes, 2004; Brewster et Bowen, 2004).  Malheureusement, on sous-estime trop souvent le pouvoir de l’effet enseignant…  On s’intéresse et on s’attarde davantage au contenu en pensant favoriser la réussite de nos élèves alors que Fallu et Janosz (2003) ont clairement démontré que les relations chaleureuses diminuent le risque de décrochage scolaire des élèves à risque élevé.  Il est donc d’une importance capitale qu’on prenne le temps et les moyens appropriés pour créer ce lien, si puissant, dès la première minute de la classe ou dès l’instant qu’on côtoie des élèves, peu importe notre fonction dans une école.

Happy communication

La relation entre la personne qui enseigne et l’élève ne correspond pas uniquement à quelque chose qui se produit dans un contexte, mais il s’agit, en fait, du contexte qui se trouve au cœur même de la dynamique d’enseignement et d’apprentissage.

(Enseigner selon mes rêves; ACE-CEA; 2013)

Un bonjour, un prénom

Récemment, alors qu’il était de passage à mon école pour entretenir les enseignants titulaires au sujet de la pédagogie 3.0, j’avais la chance d’écouter Stéphane Côté au sujet de l’organisation et la gestion de classe.  Pour lui, tout se joue dans les cinq premières minutes de la journée (de la période).  Il importe alors de s’astreindre à un exercice (sans se laisser « déranger » par sa direction d’école disait-il…) où chaque élève doit être accueilli par un bonjour, suivi de son prénom et, idéalement, d’une forme de questionnement permettant de saisir l’état dans lequel il se présente en classe.  De répéter machinalement une formule de salutation, sans la personnaliser, n’apporte rien à la relation enseignant-élève.  Ce dernier doit sentir que l’enseignant lui accorde de l’importance, qu’il compte pour lui.  C’est exactement ce que Fortin, Plante et Bradley (2011) identifient comme étant une des recommandations au niveau des enseignants : les sensibiliser aux meilleures attitudes à avoir pour bonifier leurs interactions avec les élèves.  Ainsi, le soutien, la chaleur, l’engagement, le respect, l’équité, les attentes élevées, la proximité et certains comportements non verbaux sont autant de stratégies utiles afin de créer un lien étroit avec ses élèves.

Par ailleurs, d’autres conditions ont clairement été identifiées dans le cadre de la conclusion du travail [1] des chercheurs cités plus haut. En voici quelques-unes :

Au plan des connaissances et des attitudes des enseignants

Sensibiliser les enseignants à reconnaître les impacts d’une relation positive avec leurs élèves, qui se font ressentir bien au-delà du plan scolaire.

Qu’on pense à l’estime de soi, aux habiletés sociales ou tout simplement au bien-être émotionnel des élèves en général, de nombreux aspects de la vie extérieure à l’école bénéficient de cette relation positive.

Sensibiliser les enseignants à l’importance de mieux connaître leurs élèves.

Une bonne compréhension de la réalité personnelle et familiale d’un élève permet, assurément, à l’enseignant de mieux le comprendre, d’ajuster ses interactions avec lui et ultimement de le soutenir plus adéquatement.  Par ailleurs, j’oserais dire que le fait de fréquenter nos élèves dans un cadre autre que celui de la classe (activités parascolaires, sorties et voyages, …) donne l’occasion, autant à l’enseignant qu’à l’élève, de connaître l’autre sous de nouveaux angles et, ainsi, d’identifier des qualités, des aptitudes ou des intérêts qui servent à tisser des liens qui ne peuvent qu’être que bénéfiques à la relation enseignant-élève.

Au plan des pratiques pédagogiques

Connaître les meilleures pratiques à adopter pour les élèves à risque.

Plus un enseignant se sent compétent à gérer une classe en plus de maîtriser les contenus à enseigner, plus il risque d’entretenir des relations positives avec ses élèves.  Ainsi, parce qu’il y a de plus en plus d’élèves intégrés ces dernières années, il est primordial que chaque enseignant puisse être au fait des pratiques pédagogiques les plus efficaces en plus de maîtriser un certain éventail de stratégies relationnelles éprouvées envers des élèves présentant des besoins particuliers.  Le sentiment de confiance et d’efficacité de l’enseignant est donc un facteur clé si on veut favoriser une relation enseignant-élève menant à la réussite scolaire.

 

Et moi qui m’étais toujours demandé pourquoi la semaine québécoise de reconnaissance des enseignants précédait toujours, de très près, les journées de la persévérance scolaire…  Je comprends maintenant que derrière la réussite d’un élève il y a, exception faite de ses prédispositions personnelles et familiales, le lien avec un enseignant ou un autre adulte significatif de l’école.  Bonne semaine nationale des enseignantes et des enseignants!

 



[1] Recension des écrits sur la relation enseignant-élève; Laurier Fortin, Amélie Plante, Marie-France Bradley, Chaire de recherche de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke sur la réussite et la persévérance scolaire; avril 2011.

Le côté sombre de la Force…

Après avoir évoqué, dans mes premiers billets, la puissance de l’effet enseignant sous l’angle de la responsabilité professionnelle si on veut être en mesure d’influencer positivement ceux qui nous sont confiés, j’aborderai aujourd’hui l’envers de la médaille de cette noble profession.  Parce que oui, même en éducation, il y a un côté sombre à la Force…

L’idée m’est venue à la lecture d’un texte [1] de 2010 récemment relancé sur Twitter.  Évidemment, à la fois intéressé et fasciné par le pouvoir de l’effet enseignant, le titre m’avait accroché.  Je ne cherchais pas particulièrement à connaître le lien fait avec l’apprentissage de la lecture, mais j’étais plutôt curieux de savoir ce qu’avaient à souligner les auteurs par rapport à l’effet négatif d’un enseignant jugé mauvais sur l’apprentissage réalisé par ses élèves.  En substance, la conclusion des chercheurs corrobore une de celles déjà soulignées par Hattie, à savoir qu’au-delà de facteurs tels que les camarades de classe, les ressources offertes et l’espace physique de la classe, c’est manifestement la qualité de l’enseignant qui influence le rendement des élèves en lecture.

Teacher reading book to class« Le fait d’avoir un enseignant qui livre un enseignement de haute qualité n’élimine pas la variabilité de l’élève ni ne garantit des résultats aussi bons pour chaque élève de la classe. Mais ignorer l’enseignant comme un facteur déterminant de l’environnement est une occasion manquée de favoriser le développement du potentiel des enfants à l’école et leur réussite dans la vie. »

J. Taylor, A. D. Roehrig, B. Soden Hensler, C. M. Connor, et C. Schatschneider (2010)

Cela dit, avais-je réellement besoin de lire ce texte ou d’en chercher d’autres, semblables au premier, pour être convaincu de ce qui peut être affirmé à partir du corolaire de chacune des conclusions de Hattie?  Ce besoin que j’ai, dans différentes circonstances, doit certainement émaner de ma formation scientifique et de la méthode qui s’y rattache : … hypothèse, analyse, conclusion.  Quoi qu’il en soit, je suis rassuré sur le pouvoir de l’effet enseignant.  Mais le suis-je tant que ça puisque pour des centaines, voire des milliers, d’enseignants jugés compétents, il y aura toujours un individu qu’on cite quand on parle d’introduire un Ordre professionnel afin de pouvoir (enfin!) sanctionner les enseignants malhabiles ou carrément nocifs pour les élèves qui subissent leur incompétence ou leurs abus.

 

Ça prend toujours un chef pour jouer une symphonie.

Dans n’importe quel système, il y a aura toujours des éléments qui sont en marge de la norme, qui ne donnent pas les résultats escomptés ou qui font défaut.  Une chaîne, telle une école, est aussi forte que le plus faible de ses maillons.  C’est précisément là que, bien en amont de l’intervention d’un éventuel Ordre professionnel, mes collègues directeurs d’écoles et moi devons intervenir, jouer notre rôle, être proactifs.  Autant il appartient à chaque enseignant de veiller à sa formation continue afin de viser un haut degré de compétence professionnelle, autant il nous appartient, comme directeurs, de s’assurer de mettre des conditions favorables en place pour faire un suivi auprès de nos équipes, encadrer les enseignants et assurer cette formation continue selon les besoins manifestés ou identifiés.  Malheureusement, c’est souvent tout un défi pour nous de pénétrer dans cette zone que tant de gens se plaisent à appeler l’autonomie professionnelle comme si c’était une « chasse gardée », ou pire encore, une « vérité absolue ».  Pourtant, Collerette, Pelletier et Turcotte l’ont clairement démontré dans leur étude [2] réalisée de 2009 à 2012 auprès de six écoles secondaires de l’Estrie; un certain nombre de pratiques ou de comportements d’une direction d’école ont une influence positive sur la réussite des élèves.  En effet, les auteurs notent que plusieurs de ces pratiques supposent une implication de la direction au niveau des pratiques d’enseignement et du travail des enseignants.

« Il est clair que les pratiques des enseignants sont particulièrement importantes pour faire la différence, mais la contribution de la direction de l’école serait loin d’être négligeable, notamment par son influence sur les enseignants. »

P. Collerette, D. Pelletier et G. Turcotte (2013)

À la lumière de cette seule étude, le travail d’une direction d’école ou celui d’une direction pédagogique auprès de ses enseignants doit donc être vu comme un travail d’équipe au service de l’élève.  Trop souvent encore, il est cependant perçu comme une atteinte au concept d’autonomie professionnelle, une ingérence dans la classe, un travail d’évaluation.  Peu importe ce qui précède, mes collègues et moi devrons continuer à jouer notre rôle c’est-à-dire décider, diriger, encadrer ou même sanctionner quand c’est nécessaire, car, comme dans tout orchestre, ça prend un chef pour que les musiciens puissent jouer leur symphonie!  À mon avis, en éducation, tout est question de responsabilité partagée.

 



[1] Le fait d’avoir un mauvais enseignant peut empêcher un enfant d’atteindre son plein potentiel en lecture. Texte traduit et adapté de Poor quality teachers may prevent children from reaching reading potential, study finds; Publié sur le site de l’Université d’État de la Floride; Avril 2010.

[2] Recueil de pratiques de gestion favorisant la réussite; Pierre Collerette, Daniel Pelletier et Gilles Turcotte; CTREQ; 2013.

Le pouvoir (trop souvent) sous-estimé de l’effet enseignant

Comme suite à mon premier billet, je me permettrai de m’inspirer d’un article de recherche [1] que j’ai récemment vu passer sur Twitter.  Je dis m’inspirer, mais je pourrais aussi très bien dire renchérir…

Depuis que Thérèse Bouffard [2] m’a démontré les conclusions de sa recherche sur le sentiment d’efficacité personnelle des enseignants et de son impact sur la motivation, l’engagement et le rendement des élèves, depuis que j’ai réalisé la portée de ce que John Hattie avance à travers sa recherche sur les méta-analyses et d’aussi loin que je me souvienne, je m’évertue à parler de l’effet enseignant à chacune des équipes-écoles que j’ai eu le privilège de diriger depuis 2002.  [Je parle ici volontairement d’équipes-écoles car, à mon avis, bien que ce soit souvent les enseignants qui passent une grande partie de la journée avec les élèves (particulièrement les titulaires du primaire – j’écrirai éventuellement sur ma vision du « fossé » qui sépare les enseignants du primaire de ceux du secondaire…), tous les intervenants d’une école – de la secrétaire à l’orthophoniste, en passant par le concierge ou l’éducateur – sont susceptibles d’influencer les élèves.]  Ainsi, chaque fois que j’en ai eu la chance, j’en ai parlé, j’ai cité, j’ai demandé de réfléchir, j’ai souligné, … et fréquemment, voire trop souvent, on a pensé que j’exagérais, que je flattais à dessein, que je divaguais, …  Bref, j’ai rarement eu l’impression que mes interlocuteurs saisissaient ce que je décrivais (et décris encore aujourd’hui!) comme un pouvoir ou une puissante influence capable de (trans)former les élèves qui nous sont confiés.  Je souhaite donc, par ce parallèle avec les propos fort bien illustrés de Bourdon, Brault-Labbé et Noël, atteindre mon objectif et amener ceux qui liront les prochaines lignes à prendre conscience de ce qu’ils ont entre les mains…

 

Trois éléments pour influencer ses élèves

D’entrée de jeu, les auteurs de la recherche identifient trois éléments [3] sur lesquels un professeur (ou un enseignant du primaire ou du secondaire) peut agir s’il souhaite que ses cours soient hautement valorisés par les étudiants : sa personnalité, sa compétence par rapport à la matière à enseigner et sa compétence d’ordre pédagogique.

La personnalité

Tout adulte qui a déjà mis les pieds dans une classe devant 20, 30 ou même 40 élèves sait que le sens de l’humour et la capacité d’attirer l’attention sont deux outils redoutables pour rejoindre son « public » en enseignement.  De plus, comme l’a si bien déterminé Hattie dans ses recherches, la facilité à créer un lien ou à bâtir une relation de confiance avec ses élèves (d = 0,72) est un autre aspect de la personnalité qui influence fortement l’effet enseignant.  Cela dit, loin de moi l’idée de réduire l’effet enseignant à ces seules deux composantes de la personnalité d’un individu, mais voilà principalement ce qui ressort des nombreux entretiens effectués par les trois auteurs de l’Université de Sherbrooke auprès des répondants de leur étude.

La compétence par rapport à la matière enseignée

Vérité de La Palice diront certains, la connaissance et les aptitudes d’un enseignant face au contenu qu’il doit transmettre ainsi que sa capacité à faire des liens ou donner des exemples concrets, voire réels, sont déterminantes dans la motivation des jeunes face à un cours en particulier.  Au sens plus large, déterminantes dans leur intérêt envers l’école.

La compétence d’ordre pédagogique

Si les deux premiers éléments pouvant influencer les élèves correspondant au « qui » et au « quoi », ce troisième et dernier élément relève du « comment ».  En effet, il relève des méthodes et de la diversité des stratégies que possède un enseignant pour, d’une part, transmettre ses connaissances et, de l’autre, faire développer les compétences attendues chez ses élèves [notez ici que j’emploie sciemment les deux concepts si souvent opposés depuis l’arrivée de la Réforme…].  Le dynamisme semble aujourd’hui faire consensus chez les élèves pour décrire un enseignant qu’on apprécie et qui semble stimuler l’intérêt dans une classe.

 

tabeau-1

Tiré de « Mon meilleur cours… c’est grâce au prof! » – Apport du personnel enseignant à la perception de la valeur des cours chez les étudiants; Revue Pédagogie collégiale; vol. 28, no 4, été 2015; Sylvain Bourdon, Anne Brault-Labbé et Marie-France Noël; p. 22

Ce qu’on doit retenir…

Au risque de me répéter (voir mon billet précédent), les deux derniers éléments qui relèvent directement des compétences professionnelles d’un enseignant dictent nos responsabilités en matière de formation continue.  Dit autrement, on ne peut pas être enseignant et penser jouer pleinement son rôle (ou le jouer avec un effet positif sur ses élèves) sans valider et renouveler ses connaissances sur le (les) sujet(s) qu’on aborde en classe ni sans être à jour au niveau des avancées récentes de la didactique.

« … les exemples concrets, voire réels, ou humoristiques permettent aux professeurs de susciter l’intérêt, mais également, selon les occasions, de mettre l’utilité des cours en relief, car les mises en contexte font ressortir la pertinence du contenu »

Tiré de « Mon meilleur cours… c’est grâce au prof! » – Apport du personnel enseignant à la perception de la valeur des cours chez les étudiants; Revue Pédagogie collégiale; vol. 28, no 4, été 2015; Sylvain Bourdon, Anne Brault-Labbé et Marie-France Noël; p. 20

Puisque l’effet enseignant semble décuplé par les trois aspects décrits plus haut, il me semble maintenant incontournable, exception faite du premier qui relève de certains traits de personnalité, de revoir certains aspects de la formation initiale des maîtres (particulièrement en gestion de classe…) mais aussi de valoriser et prioriser la formation continue liée directement au rôle des enseignants dans nos écoles.  Au-delà de ce qu’affirment, preuves à l’appui, les chercheurs de tous les milieux, c’est toute la société qui pourra (enfin!) percevoir l’effet enseignant.

 



[1] « Mon meilleur cours… c’est grâce au prof! » – Apport du personnel enseignant à la perception de la valeur des cours chez les étudiants; Revue Pédagogie collégiale; vol. 28, no 4, été 2015; Sylvain Bourdon, Anne Brault-Labbé et Marie-France Noël; pp 18 à 23. (bit.ly/2jzg3qY)

[2] Thérèse Bouffard est professeure au département de psychologie à l’UQAM.  Ses domaines d’expertise touchent à la motivation/la perception de compétences, les buts d’apprentissage, le rôle des parents et celui des enseignants, l’illusion d’incompétence ainsi que la transition primaire-secondaire.  Elle est, entre autres, co-auteure de travaux de recherche sur le sentiment d’efficacité personnelle.

[3] D’autres auteurs comme Neuville et Frenay (2012) l’ont aussi évoqué.

Les faits enseignants

Voilà!  C’est parti pour ce blogue où, dans le billet qui suit comme pour les prochains, je m’efforcerai de réfléchir à voix haute sur des faits enseignants, l’effet enseignant ou, tout simplement, sur des questions d’éducation au Québec.  Au plaisir de lire vos commentaires!

 

Tout a débuté lors d’une rentrée, alors que nous recevions Steve Bissonnette [1] dans le cadre d’une présentation sur les écoles efficaces.  Ça faisait alors près de 20 ans que j’œuvrais en éducation.  D’abord comme enseignant, puis comme directeur d’école.  Trop rarement dans ces deux décennies je m’étais arrêté sur la portée de l’acte d’enseigner ou, plus précisément, sur l’effet enseignant.  On m’avait souvent présenté, dans le cadre des conférences servant à lancer l’année scolaire, une foule de sujets reliés à l’éducation comme le changement, le leadership, le sentiment d’efficacité personnelle, les nouvelles technologies et bien d’autres.  Évidemment, des gens comme Pierre Collerette, Thérèse Bouffard ou Ron Canuel avaient su capter mon attention, mais jamais je n’avais été autant captivé à entendre parler de Hattie ou d’Engelmann et de leurs travaux sur l’effet enseignant.  C’est donc le professeur Bissonnette qui, en relatant le résultat des recherches de Hattie sur des centaines de méta-analyse, m’a ouvert les yeux sur la puissance et l’importance du geste d’enseigner.

 

Everyone knows the right answearSi l’élève n’a pas appris, c’est que le maître n’a pas enseigné efficacement.

Siegfried Engelmann

 

L’effet enseignant

Une fois l’émerveillement ou l’éblouissement dissipés, on peut rapidement tomber dans l’angoisse de la responsabilité confiée à l’enseignant (ou même, selon moi, à tous les autres intervenants d’une école).  En effet, quand on regarde le classement des facteurs ayant un impact sur la réussite scolaire selon la conclusion des recherches de Hattie (2015), on remarque rapidement que plusieurs de ceux qui ont un effet plus grand que d = 0,40 (la valeur d’effet moyen déterminée par Hattie) sont directement liés à l’enseignant et son rôle notamment:

  • Crédibilité de l’enseignant (0,90)
  • Feed-back par l’enseignant (0,73)
  • Stratégies d’enseignement (0,60)
  • Enseignement dirigé par l’enseignant (0,60)
  • Relation de confiance entre l’enseignant et l’élève (0,52)
  • Gestion de classe (0,52)
  • Formation continue des enseignants (0,45)

Voilà donc pourquoi, après cette présentation tenue tout juste avant une énième rentrée scolaire, j’en suis sorti bouleversé.  Bouleversé tout d’abord d’avoir ignoré si longtemps ce pouvoir placé entre mes mains.  Bouleversé ensuite d’avoir à porter la responsabilité qui incombe au directeur d’école (après tout, ne sommes-nous pas le « head teacher » des britanniques ou, comme le disent nos voisins du sud, le « principal » – pour principal enseignant?).  J’ai eu beau, comme enseignant ou comme directeur, me faire dire périodiquement qu’on est d’abord là pour les élèves ou que notre rôle est essentiel, rien ne m’avait autant ébranlé dans toute ma carrière en éducation que ces résultats démontrant l’effet enseignant!

 

Une responsabilité qui peut être plus ou moins lourde à porter

Que l’on soit d’accord ou non avec chacune des conclusions de la recherche menée par Hattie ainsi que sur la manière qu’on doive les mettre de l’avant dans nos écoles, il demeure un fait : les enseignants ont un pouvoir immense sur l’apprentissage et le développement des élèves.  Et, trop souvent, il s’avère qu’il est beaucoup plus grand que ce qu’on peut imaginer!  Ainsi, il découle de cette irréfutable influence une responsabilité qui peut être lourde à porter pour certains.  Cela dit, même si elle est d’abord personnelle, cette responsabilité est souvent partagée avec l’école, les associations et autres regroupements professionnels.  Je parle ici de la formation continue qui, au-delà de la formation initiale trop souvent incomplète, peut prendre différentes formes selon les besoins, les possibilités ou contraintes de chacun.

 

Il est du devoir de l’enseignant… de prendre des mesures appropriées qui lui permettent d’atteindre et de conserver un haut degré de compétence professionnelle.

(Loi sur l’instruction publique – LIP, article 22)

 

Qu’il s’agisse des rencontres ou des discussions avec une direction responsable de la pédagogie ou bien un conseiller pédagogique, de lectures glanées ici et là sur les réseaux sociaux ou des sites dédiés à l’enseignement, de la formation en ligne sur des plateformes comme celle du CADRE21, de la participation à des congrès ou des rencontres spécifiques, les occasions ne manquent pas ces années-ci pour prendre en charge la responsabilité de sa formation continue.  Sans parler de l’obligation dictée par la LIP et sans entrer dans le débat autour de la création d’un ordre professionnel pour les enseignants (qui imposerait sans doute, comme d’autres ordres professionnels dans différents domaines, un minimum d’heures de formation pour le maintien du permis d’exercice), chaque enseignant, comme professionnel de l’éducation, a donc la responsabilité d’assurer sa mise à jour et son développement par la formation continue.  C’est une question de responsabilité professionnelle!

 

L’effet enseignant peut donc sembler lourd à porter pour certains, mais cette lourdeur est généralement inversement proportionnelle à l’implication de l’enseignant dans sa formation continue.  De plus, rappelons-nous que cette responsabilité est souvent partagée par la communauté éducative de l’école et que, pour cette idée comme pour bien d’autres en éducation, il ne faut pas s’isoler mais plutôt apprendre à réseauter.  Finalement, et j’écrirai éventuellement sur le sujet, l’acte d’enseigner suppose d’abord une relation de confiance entre un élève et son enseignant (0,72 selon Hattie).  Ainsi, il ne s’agit pas que de méthodes, théories et concepts.  Enseigner, c’est aussi une affaire de cœur!  Voilà qui devrait être rassurant pour plusieurs qui, comme moi, côtoient des gens qui affectionnent particulièrement ceux qui sont en face d’eux à tous les jours…

 



[1] Steve Bissonnette, Ph. D., est professeur au Département d’éducation à la TÉLUQ.  Il a également été professeur et directeur adjoint au Département de psychoéducation de l’Université du Québec en Outaouais (UQO).  Son domaine de spécialisation est l’intervention en milieu scolaire. Il a travaillé, pendant plus de 25 ans, auprès des élèves en difficulté et du personnel scolaire dans les écoles élémentaires et secondaires ainsi qu’en Centre Jeunesse. (tiré du site web de la TELUQ)